Poem of the day

Chanson
by Nicolas Boileau-Despréaux (1636-1711)

Voici les lieux charmans, où mon âme ravie
      Passoit à contempler Sylvie
Ces tranquilles momens si doucement perdus.
Que je l’aimois alors! Que je la trouvois belle!
Mon cœur, vous soupirez au nom de l’infidèle:
Avez-vous oublié que vous ne l’aimez plus?

C’est ici que souvent errant dans les prairies,
      Ma main des fleurs les plus chéries
Lui faisoit des présens si tendrement reçus.
Que je l’aimois alors ! Que je la trouvois belle!
Mon cœur, vous soupirez au nom de l’infidèle:
Avez-vous oublié que vous ne l’aimez, plus?

Leave a Reply

Your email address will not be published.